Visuel_Blog_ISAGRI_CV_0820

Restez informé sur votre métier

Inscrivez-vous

Articles récents

Vigneron Arboriculteur Maraîcher Cerealier Eleveur

Pourquoi et comment suivre ses stocks en agriculture ?

suivre ses stocks
Christine NICOL
Ecrit par Christine NICOL
le 5 oct. 2022
5 minutes de lecture

En entreprise, un stock désigne une quantité de marchandise. Dans le cycle d’exploitation de votre activité agricole, vous êtes très certainement amené à avoir des stocks de fournitures, nécessaires pour engager votre production et des stocks de matières premières, issus de vos récoltes ou en cours de production, destinées à être commercialisées ou autoconsommées.

Sommaire : 

Pourquoi suivre ses stocks ?
Méthode de suivi des stocks
1. Inventaire
2. Évaluation
3. Comptabilité
Composition et évaluation des stocks en agriculture
1. Matières premières et consommables
2. Les produits finis
3. Animaux
4. Les avances aux cultures
5. Autres fournitures et emballages

 

Pourquoi suivre ses stocks ? 

Le suivi de l'évolution des stocks, permet de limiter le sur-stockage, très couteux, ou le sous-stockage, qui peut engendrer une rupture de fournitures et bouleverser l’ensemble des travaux agricoles.
D’un point de vue comptable, tous les stocks doivent être évalués pour permettre de déterminer la valeur qui figurera au compte de résultat et au bilan annuel.

 

Méthode de suivi des stocks


Le suivi des stocks se décompose entre trois temps :


1. L'inventaire


L’inventaire peut être mené en continu ou au moins une fois par an au moment de la clôture de l’exercice comptable. En continu, il est important de réaliser au démarrage un état des lieux pour quantifier les stocks de départ. Puis, vous pouvez avoir recours à des outils de suivi et de gestion des stocks de vos cycles de production, pour y renseigner vos entrées de matières et vos sorties, comme les récoltes ou la fabrication de produits finis.


2. L'évaluation


A la date de clôture de l’exercice, les différents stocks liés à une activité agricole sont évalués selon les règles des entreprises industrielles et commerciales. Cette évaluation est basée sur le coût de revient réel ou sur une base forfaitaire déterminée. L’évaluation peut aussi être établie sur le cours du jour, si une cotation existe pour la matière ou le produit en question.


3. La comptabilité


Cette dernière étape consiste à réaliser le jeu d’écriture entre les différents comptes du plan comptable pour y retranscrire les mouvements de stocks et leur valorisation. Ces informations seront utilisées pour établir votre compte de résultat et votre bilan comptable.

Découvrez ISACOMPTA


Composition et évaluation des stocks en agriculture


Les stocks d’une entreprise agricole se décomposent suivant différentes catégories.


1. Les matières premières et consommables


En fonction de leur destinée, l’évaluation de ces stocks sera appréciée de la manière suivante :

  • Les produits acquis par l’exploitation non utilisés ou non mis en terre à la date de clôture de l’exercice. Ce sont des stocks dits en magasin. Leur évaluation s’effectue selon leur prix de revient en l’occurrence leur prix d’achat. C’est le cas de l’alimentation animale, des engrais, des amendements, des semences, des plants ou encore des produits de santé animale ou végétale.
  • Les matières premières produites sur votre exploitation et destinées à être autoconsommées. Vous pouvez y retrouver le fourrage, l’alimentation animale et les effluents d’élevage. Ces matières sont à évaluer selon leur coût de revient.


2. Les produits finis


Ce sont les produits destinés à la commercialisation et non encore vendus à la date de clôture de l’exercice. Ces produits peuvent être plus ou moins transformés. Ils sont évalués selon leur coût de revient. Toutefois, dans le cas de matières premières, comme les céréales, ces stocks sont évalués en fonction du cours du jour, auquel est appliqué une décote forfaitaire. Cette décote correspondant au bénéfice brut susceptible d’être réalisé lors de la vente.

Il est aussi possible qu’un stock se déprécie, ce qui peut être le cas de produits finis sujets à des méventes. Dans ce cas, une dépréciation de la valeur du stock peut comptablement être prise en compte.


3. Les animaux


Il s’agit des animaux ne figurant pas dans les immobilisations amortissables (voir l’article à propos des immobilisations en agriculture) . Ainsi, ce sont tous les autres animaux présents sur l’exploitation dont la production sera directement commercialisée.


4. Les avances aux cultures


C’est une spécificité propre à votre exploitation agricole, si vous êtes au régime réel d’imposition. Les avances aux cultures représentent l’ensemble des charges engagées au cours d’un exercice en perspective d’une récolte qui sera réalisée après la date de clôture. Autrement dit, ce sont les produits végétaux en terre, dont le stade de développement ne permet pas leur commercialisation.

Leur évaluation est couramment établie selon des barèmes standards. Pour plus d’informations sur les pratiques de votre région, renseignez-vous auprès de votre chambre d’agriculture ou de votre centre de gestion et d’expertise comptable.


5. Les autres fournitures et emballages


Il s’agit ici de prendre en considération les stocks des matières non vivantes, évalués selon leur coût de revient et quantifiés au cours de l’inventaire. La nature de ces stocks peut être très variée allant de la pièce mécanique à la fourniture de bureau en passant par des emballages et autres conditionnements, propres à l’activité réalisée.

 

Découvrez ISACOMPTA

 

Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter les pages suivantes :

 

Autres articles à découvrir :

 

Articles recommandés

Partagez un commentaire

Ne manquez pas les prochains articles du blog ISAGRI

Inscrivez-vous