Visuel_Blog_ISAGRI_CV_0820

Restez informé sur votre métier

Inscrivez-vous

Articles récents

Vigneron

Pourquoi s'équiper d'un modèle maladie mildiou ? Témoignages viticulteurs

Gwladys ARTUS
Ecrit par Gwladys ARTUS
le 14 déc. 2020
5 minutes de lecture

Une station météo et un modèle maladie mildiou fiables permettent de prévoir précisément l'arrivée des contaminations dans vos parcelles de vigne. Ces outils sont indispensables pour réduire vos Indicateurs de Fréquence de Traitements phytosanitaires ou IFT sans prendre le risque d'une propagation du mildiou. Découvrez les témoignages de 3 utilisateurs de la station météo Météus, associée à l'outil d'aide à la décision Rimpro.

 

 

SOMMAIRE :

 

 

« 20 % de baisse d’IFT, c’est un chiffre qui revient souvent »

Dominique Molle, Conseiller Environnement chez Certi Conseil (84)

 

Et peut-être encore davantage pour ceux qui s’inscrivent dans une démarche environnementale. Conseiller chez Certi Conseil en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Dominique Molle n’hésite pas une seconde.

« Pour moi, les viticulteurs bio devraient tous avoir une station météo ».

Lui qui suit de nombreux domaines, notamment en Côtes du Rhône, observe depuis plusieurs années l’importance d’une information de qualité en amont d’une campagne de traitements.

« En 2018, année de forte pression mildiou, j’ai vu des viticulteurs bio perdre seulement 20 % de leur récolte, là ou leurs voisins conventionnels en perdaient 80 %. La différence, c’est que les premiers utilisaient une station météo et un outil d’aide à la décision. »

 

20% de baisse d'IFT - Dominique Molle pour ISAGRI

 

En l’occurrence Météus et Rimpro, deux outils complémentaires, qui ont permis de connaître l’évolution de la maladie dans les parcelles, pour traiter au plus près de la réalité, et limiter les dégâts. Mais il s’agit là d’une année particulière.

Sur un millésime plus classique, le conseiller observe, en plus de cette sécurité, une chance de réduire ses doses de produits phyto. « C’est difficile à chiffrer, mais j’entends certains exploitants équipés parler de 20 % de baisse d’IFT.

Cela n’a rien de statistique, mais c’est un chiffre qui revient souvent, et qui me paraît cohérent. » Des gains souvent effectués « lors des premiers traitements ».


 Pour Dominique Molle, c’est là l’usage principal de Meteus et Rimpro : « gagner deux ou trois semaines sur le premier traitement. Après, la marge de manœuvre est plus étroite, ça déroule ».

 

 

« Un outil qui permet de gérer au mieux la pression maladie »

 

Estelle Sarlande, Technicienne Viticole à l'Union Agricole de Segonzac - Chérac (17)

 

Pluviométrie, température, hygrométrie… Autant de facteurs à connaître et à interpréter rapidement pour savoir quand traiter ses parcelles de vignes, et à quelles doses. Pour conseiller au mieux ses adhérents, l'Union Agricole de Segonzac-Chérac, en Charente-Maritime, a choisi de s’équiper d’une station Météus et de l’outil d’aide à la décision (OAD) Rimpro, il y a un an maintenant.

Un outil qui permet de gérer au mieux la pression maladie

 

La structure, qui fournit matériels et conseils viticoles, s’en sert notamment « pour évaluer le risque mildiou et oïdium, que nous envoyons   ensuite à nos adhérents ».

 

Il nous permet également de mettre en place notre conseil maladie. » Et les retours sont satisfaisants, selon Estelle Sarlande, technicienne viticole de la coopérative : « c’est un outil qui permet de gérer au mieux la pression maladie. »

 

 

 

 

« Je gagne au moins un traitement par campagne. Cela revient au coût d’achat de la station. »

Jean-Christophe Mandard, Viticulteur Domaine Mandard (41)

Des gains que Jean-Christophe Mandard, vigneron sur 27 ha en Touraine, a également pu constater.

« Si l’on compare les applications faites selon la modélisation à des applications systématiques en fin de rémanence des produits, je pense que je gagne au moins un traitement par campagne. » Un chiffre intéressant car « cela revient au coût d'achat de la station la première année. »

 

Je gagne un traitement par campagne - Jean-Christophe Mandard pour Isagri

 

Équipé depuis 2017, le viticulteur remarque aujourd’hui « un gain sur les coûts de production par
l'optimisation du nombre de traitements. »

Et de poursuivre : « avant d'être équipé, j'étais dans une posture de traitement systématique alors que maintenant, mes traitements sont raisonnés. » Son usage de Météus et de Rimpro ne s’arrête pas là. « Je m’en sers également pour prévoir les dates de débourrement, floraison et maturité par le calcul des sommes de températures. C’est très pertinent.»

 

 

👉Vous souhaitez en savoir plus sur l' OAD mildiou, blackrot, oïdium et/ou la météo Météus ?

 

Demandez une présentation gratuite (à distance ou sur site)

 

 

Articles recommandés

Partagez un commentaire

Ne manquez pas les prochains articles du blog ISAGRI

Inscrivez-vous