Visuel_Blog_ISAGRI_CV_0820

Restez informé sur votre métier

Inscrivez-vous

Articles récents

Vigneron

Les 6 étapes clefs pour créer son activité œnotouristique

les 6 étapes clefs pour créer son activité œnotouristique
Bertille de Nacquard
Ecrit par Bertille de Nacquard
le 7 avr. 2021
6 minutes de lecture

Créer une offre oenotouristique alors que la pandémie est toujours là ? Oui, c’est le moment opportun pour vous lancer. Comme les frontières se ferment, la route des vins de l'hexagone est une destination plaisir pour s’évader les week-ends et les vacances. En complément, n’oublions pas de préparer le retour à la normale en prévision de la fin de cette crise sanitaire : les Français mais aussi les touristes étrangers auront envie de se divertir. Des visites combinant découverte et plaisirs gustatifs représenteront une réelle opportunité pour le secteur. Le contexte est porteur. Voici 6 étapes clefs, enrichies avec l’experte en œnotourisme, France Gerbal-Medalle, fondatrice du bureau d’études AOC Tourisme :

 

SOMMAIRE
  1. Pourquoi développer une activité oenotouristique ?
  2. Définir votre projet
  3. Avoir une vraie histoire à raconter : la vôtre
  4. Savoir accueillir
  5. Créer son réseau de partenaires
  6. Prévoir son outil gestion relation clients

 

1-Pourquoi développer une activité oenotouristique ?

 

Pour France Gerbal-Medalle, les deux objectifs principaux de l’œnotourisme sont : accroître ses revenus grâce à cette stratégie de diversification et faire de la pédagogie.

Auteur-2

France Gerbal-Medalle

 

En faisant venir des clients sur votre domaine, vous développez votre circuit de vente directe, vous diversifiez votre activité... C’est aussi, un moyen d’expliquer les enjeux d’une production viticole, de raconter l’histoire du domaine, le travail dans les vignes...” pointe-t-elle.

L’activité oenotouristique permet de recruter de nouveaux clients, mais pas que.

“Cela permet aussi de recruter les employés et les repreneurs de demain. On n’y pense pas souvent, pourtant, c’est aussi important.” Explique France Gerbal-Medalle.

 

Et, il est probable que les liens tissés avec ces nouveaux consommateurs soient plus durables que s’ils avaient découverts vos vins sur la table d’un restaurant. De retour chez eux, ils pourront ainsi allier vin et gastronomie. En repartant de votre domaine, les clients ont bien sûr quelques bouteilles de vins mais aussi des souvenirs du lieu, l’émotion suscitée par la découverte du métier de vigneron … Vous avez aussi appris à mieux les connaitre, ce qui vous permettra de personnaliser vos messages à leur encontre lors de mailings.

LB œnotourisme
 
 

2-Définir votre projet

 
Avant toute chose, France Gerbal-Medalle, pose :
 
“Il faut avoir une réflexion sur ce que je veux vraiment pour mon tourisme et quels sont les moyens que je suis prêt à mettre en place pour cela”.
 
Comme pour chaque projet, il est nécessaire de définir ses cibles, ses objectifs, son positionnement et les moyens financiers pour déterminer les activités et animations que vous allez proposer. Avec bon sens, l’experte en œnotourisme ajoute :
“Il faut être cohérent avec ce que je propose comme offre et ce que je vends comme vin.”.
 
En somme, le positionnement de votre offre doit correspondre à l’image de votre vin et vous permettra de choisir entre des activités sportives, culturelles, ludiques, dégustation de vins ou autres animations dans le vignoble.
 
 

3-Avoir une vraie histoire à raconter : la vôtre

 
Les œnotouristes viennent vous rencontrer, découvrir votre histoire et vos vins au cœur du vignoble. Ils ont besoin de comprendre pourquoi vous faites du vin, pas comment.
 
“Le vigneron ne doit pas s’abriter derrière la technique. Ils ne viennent pas pour vous écouter parler pendant 1h30 de votre pressoir, mais pour votre histoire.”, explique-t-elle.
 
Vous êtes dans une démarche bio, HVE ou conventionnelle ? Vous êtes vigneron indépendant ou faites partie d’une coopérative ? Expliquez simplement la raison de ce choix. Mais aussi, expliquez l’histoire de votre domaine et comment elle a évolué au fil des années. Ne vous arrêtez pas à votre propre histoire, tâchez d’impliquer vos visiteurs pour créer du lien.
 
 

4-Savoir accueillir

 
L’experte insiste sur un autre point :
“Il est important pour la qualité, que l'accueil soit top. On n'accueille pas quelqu’un entre deux portes.”.

 

Elle ajoute : “On doit être au service de ses clients." Comme en France, nous n’avons pas la même culture du service que dans certains autres pays par exemple, France Gerbal-Medalle conseille la lecture du livre « Industrie du tourisme » : le mythe du laquais, écrit par Julien Barnu et Amine Hamouche, deux ingénieurs des Mines. Il est nécessaire de prévoir des horaires d’ouverture larges et de répondre aux sollicitations envoyées par les visiteurs via des réseaux sociaux, par e-mail ou téléphone. Pensez également à les mettre à l’aise et ayez une attention particulière pour les enfants : des jeux  (par exemple une chasse au trésor), une table et du matériel pour dessiner, voire une dégustation de jus de raisin… Tout ce qui permettra d’occuper les enfants permettra aux adultes d’être disponibles.
 
 

5-Créer son réseau de partenaires

 
On ne se lance pas seul dans un projet oenotouristique. La création de son réseau de partenaires avec ses voisins et avec les professionnels du tourisme est fondamentale.
 
“Il faut inviter vos voisins dans un rayon de 20 km autour de chez vous. Hébergeurs, restaurateurs, loisirs...ils doivent vous connaître et avoir envie de vous recommander.”
 
Ensuite, tout commence avec votre office du tourisme de référence. La consultante précise : “c’est votre porte d’entrée”. Après, selon l’offre que vous avez définie et vos clients potentiels (= ceux qui vont acheter votre offre, venir vous voir…), rencontrez par exemple les autocaristes ou les agences de réception...Tout dépend de votre projet. France Gerbal-Medalle rappelle que :
 
“Le tourisme est un métier à part. Il faut le comprendre et savoir comment s’orienter.”

 

Faire appel à un expert de l’œnotourisme pour mener à bien votre réflexion stratégique est aussi une solution à envisager.
 
 

6–Prévoir son outil gestion relation clients

 
Cette étape est indispensable. Vous ne pouvez lancer votre offre sans une présence sur internet. De la page Facebook, au compte Instagram en passant par un site web, nombreuses sont les possibilités actuelles pour faire connaître votre offre à moindre coût. Vos (futurs) clients sont sur la toile. Alors, fournissez-leur des informations et donnez-leur envie de passer du digital à la réalité : venir vous rencontrer In Situ. 
 
Une visite, même si elle ne se transforme pas en achat, doit être valorisée en obtenant de l’information sur les touristes. Alors, usez et abusez des astuces pour en savoir davantage sur les personnes qui ont passé la tête dans votre caveau. Toutes ces informations vous permettront ensuite de constituer un fichier clients afin de créer des e-mailings personnalisés au moment où vous organiserez des évènements. 
 
Pour plus de conseils vous pouvez aller voir les différentes vidéos dans la série “Les tutos de l’œnotourisme” d’Atout France, dont la première : Réussir son activité oenotouristique
ISAVIGNE

Articles recommandés

Partagez un commentaire

Ne manquez pas les prochains articles du blog ISAGRI

Inscrivez-vous