Visuel_Blog_ISAGRI_CV_0820

Restez informé sur votre métier

Inscrivez-vous

Articles récents

Cerealier

Tout savoir pour un chaulage réussi sur ses parcelles

Le chaulage : contre l'acidification des sols
Adélaïde GREHAN
Ecrit par Adélaïde GREHAN
le 24 juil. 2021
4 minutes de lecture
L’acidification des sols est un phénomène naturel qui mérite d’être surveillé de près, sous peine de voir se dégrader la fertilité et la structure de ses sols. Un pH trop acide, inférieur à 5,5, perturbe l’alimentation et la croissance des plantes et donc, impacte le rendement final. Selon les espèces, visez un pH entre 6 et 6,5, là où la disponibilité en éléments nutritifs est maximale. Les stratégies de chaulage, fréquence et doses, dépendent de l’acidité initiale du sol. Qu’il soit de redressement ou d’entretien, le chaulage est une pratique agricole qui s’applique en général après récolte.
 
 SOMMAIRE :
 
 

Pourquoi chauler ses parcelles ? 

 

1. Pour augmenter le pH des sols :

Le chaulage des parcelles, est un travail du sol, qui consiste à épandre des amendements à base de calcium ou de magnésium pour augmenter le pH du sol.

Un sol trop acide (inférieur à 5,5) libère des ions aluminium qui réduisent la croissance des racines, des plantes et donc, perturbe l’assimilation de l’eau et des éléments nutritifs comme le potassium, le phosphore ou l’azote. En conduite « classique », le pH d’un sol baisse en moyenne de 0,05 point par an, soit 1 point tous les 20 ans. Le conseil est de vérifier cette mesure tous les cinq ans environ.


Si l’acidification des sols est un phénomène naturel, certaines actions l’accélèrent ou le freinent.
Les accélérateurs et les freins
 
Pour
2. Pour préserver la structure des sols :
Outre son action sur le pH des sols, le chaulage améliore leur capacité de rétention d’eau, permet de prévenir, ou au moins de réduire le tassement, la battance et l’érosion.
En résumé, il préserve une structure propice au développement racinaire des cultures, à leur bonne alimentation et à leur croissance. 

  

Quelle stratégie de chaulage adopter ? 

 

  • De redressement ou d’entretien, à chaque sol sa stratégie de chaulage.
Les différents chaulagesQuand le pH du sol est inférieur à 5,5 (sols acides), un chaulage de redressement est préconisé pour retrouver rapidement un niveau d’acidité propice au développement des cultures. Le chaulage d’entretien vise quant à lui à maintenir un pH autour de 6. Dans ce cas, un apport tous les 3 à 4 ans semble suffisant. Les quantités à épandre sont à ajuster en fonction de la texture du sol, des espèces implantées au cours de la rotation et des exportations réalisées. À noter qu’un excès de chaulage (pH sup à 6,5) accentue les risques de carence en manganèse et en bore, notamment dans les terres légères. Certaines maladies, comme le piétin échaudage sur céréales et la gale de la pomme de terre, apprécient les terres plus basiques.


  • Cuits ou crus, des amendements aux atouts différents.
    Dans la catégorie « amendements calciques », deux types de spécialités coexistent : les produits cuits à base d’oxydes de calcium et de magnésium (chaux vives et chaux vives magnésiennes) et les produits crus, non chauffés, à base de carbonates de calcium et de magnésium. Ces derniers peuvent être plus ou moins fins, pulvérisés, broyés ou concassés. À dureté égale, plus un produit est fin, plus il sera rapide d’action. Les spécialités à action rapide seront à privilégier dans les situations de redressement. Quant aux doses, elles dépendront bien évidemment de la formulation choisie, du pH de départ et de celui visé.
Testez gratuitement Geofolia pour raisonner facilement vos apports de chaux

Quand chauler pour un meilleur rendement sur ses parcelles ? 

Même s’ils peuvent, en théorie, être réalisés à n’importe quelle période de l’année lorsque le sol est portant, les apports de chaux sont le plus souvent réalisés en été ou à l’automne, après les récoltes. L’apport de chaux vive doit bien évidemment être réalisé en l’absence d’animaux sur les parcelles.
 
 Le cas des prairies permanentes-1

 

Comment raisonner ses apports sereinement ?  

Le recours à des logiciels comme le logiciel de gestion parcellaire Geofolia permet de raisonner, via le module « fumure », ses apports de fumure de fond : Ca, Mg et Soufre. Un outil qui permet à l’agriculteur d’être parfaitement autonome sur la gestion de son plan de fumure, en ayant toujours son carnet de plaine digital à portée de main !
 
Faites votre plan de fumure avec Geofolia
 
 

Articles recommandés

Partagez un commentaire

Ne manquez pas les prochains articles du blog ISAGRI

Inscrivez-vous