3 Alternatives au CIPC

Restez informé sur votre métier

Inscrivez-vous

Articles récents

Cerealier

3 alternatives au CIPC par Alain Dequeker, secrétaire général de l'UNPT

Pommes de terre germées
Léon DELANERY
Ecrit par Léon DELANERY
le 23 juil. 2020
8 minutes de lecture

Alain Dequeker, producteur de pomme de terre et secrétaire général de l’UNPT, nous explique les enjeux et les contraintes liées à l’interdiction de 2 produits phytosanitaires : le CIPC et le Reglone. Il nous présente par la même occasion 3 alternatives au CIPC : l’huile de menthe, l’éthylène et le Dormir 1.4DMN.

SOMMAIRE

Que pensez-vous de l’interdiction du CIPC et du Reglone?

Quelles sont les alternatives au CIPC ?

Une alternative présente naturellement et efficace : le 1.4 DMN

Une alternative bio : l’huile de menthe

L’éthylène, l’alternative la moins cher

Comment allez-vous gérer les prochaines récoltes de pommes de terre ?

 

Que pensez-vous de l’interdiction du CIPC et du Reglone ?

« L'interdiction du CIPC, le chlorprophame, est une bonne chose car c'est un produit de conservation classé comme nocif pour la santé. Même si les études qui ont été faites sont parfois un peu extrêmes. Par exemple, la dangerosité du chlorprophame a été évaluée pour un consommateur qui mange tous les jours plus de 6kg de patate crue ! Dans ce cas, c'est dangereux pour la santé. Le poison c'est la dose. Ce produit a été classé comme dangereux donc il est supprimé et on va dire que c'est tant mieux.

 

interdiction cipc

L'utilisation du CIPC non autorisée pour la campagne 2020-2021

 

« Les antigerminatifs de substitution au CIPC coûtent très cher ce qui engendrerait une augmentation du prix des pommes de terre et des produits finis. Est-ce que les consommateurs sont prêts à payer le surcoût ? Je n’en suis pas sûr. C’est également une contrainte pour le producteur qui doit être plus précis dans ce qu'il va faire. Il devra effectuer des contrôles de températures extrêmement stricts. Lorsque la température est bien régulée on diminue l'utilisation d'un nouvel inhibiteur de germination. Il y a actuellement un gros développement dans les frigos de stockage. Mais ça entraine d'autres coûts supplémentaires. »


« Le Reglone est un herbicide utilisé pour le défanage des pommes de terre. C'est un produit qui ne peut pas se retrouver dans la pomme de terre. Le risque consommateur est donc nul. Quand on traitait le matin, le lendemain les fanes étaient détruites, c'était très efficace et rapide. Aujourd’hui pour remplacer le Reglone 2, on utilise le broyeur principalement. Mais il y a des inconvénients :

  • La protection mildiou doit être extrêmement forte car en broyant on risque de multiplier le mildiou dans la parcelle.

     

    Je protège mes pommes de terre  contre le mildiou

 

  • Après le broyage on doit quand même utiliser des produits pour finir le défanage. Et là encore il y a un coût significatif pour le producteur. »


    « De nombreux produits sont amenés à disparaitre dans les années à venir.
    Pour produire des pommes de terre et au-delà pour les autres productions on utilisera de moins en moins de produits phytosanitaires. Les plus dangereux, on ne les utilisera plus. Il va falloir revoir totalement notre façon de produire, sous réserve qu'on y arrive. Il y a un très bon exemple avec la betterave : si on ne trouve pas de solution dans les 2 ans, les sucreries vont fermer. »

 

Quelles sont les alternatives au CIPC ?

 

Une alternative présente naturellement et efficace : le 1.4 DMN ou DORMIR®

« Le 1,4 DMN (produit Dormir commercialisé par Dormfresh depuis 2017) est un produit de synthèse à base d'une molécule naturellement présente dans la pomme de terre. Cette molécule permet la dormance. La dormance est un phénomène naturel lorsque l'on récolte une pomme de terre : pendant 4 mois elle ne germe pas. Si elle ne germe pas, c'est parce qu'elle contient du 1.4DMN. Cette molécule disparait ensuite. Il faut donc en utiliser à nouveau le produit dans le temps, pour éviter la germination. C’est sûrement le produit qui sera le plus développé dans les années à venir.


Le problème, c'est que le Dormir est très cher aujourd'hui. De plus, il est fabriqué en Inde et en Chine, on est donc très incertain sur les quantités disponibles pour la futures campagne. En tout cas le 1,4 DMN pourrait devenir, dans les prochaines années, le produit de référence pour la conservation de la pomme de terre. »

efficacité dormir

Le poids de germes est quasi-nul après utilisation du Dormir

 

Un produit bio : l’huile de menthe

« L’huile de menthe est un produit de bio-contrôle, autorisé en agriculture biologique. Son mode d'application consiste à la diffuser régulièrement ou en permanence dans le bâtiment de stockage. L'huile de menthe va brûler les germes et qui ne pousseront pas. »

« Le défaut, c'est que dès que les pommes de terre sont sorties de l'atmosphère mentholée, elles germent. Ce produit de substitution demande une adaptation pour la vente de pomme de terre en GMS. Les pommes de terre traitées à l'huile de menthe germent trop rapidement. Mais c'est bio. »

 

L’éthylène, l’alternative la moins cher

« Une autre possibilité c'est l'éthylène, c'est de l'éthanol, un produit naturel. Ce produit a l'avantage d'être très peu cher. C’est une alternative intéressante mais son mode d'action consiste à bloquer la pomme de terre. La pomme de terre risque donc de fabriquer des sucres réducteurs, les frites seront plus colorées et les industriels n'aiment pas ça. »

« De plus, les pommes de terre dégagent plus de Co2, donc il y aurait plus de perte de poids. On retrouve le même inconvénient que l'huile de menthe, dès qu'on les sort de l'atmosphère, les pommes de terre germent, et cette fois encore plus rapidement. Au niveau du marché du frais cela demande aussi une adaptation. »

 

Comment allez-vous gérer les prochaines récoltes de pommes de terre ?

« Personnellement je suis parti sur le 1,4DMN et je croise les doigts. Mais si on a des soucis d’approvisionnements en 1,4DMN au cours de la saison, on avisera. On pourrait tout à fait utiliser du 1,4DMN, puis de l'éthylène puis de l'huile de menthe. L'éthylène on va oublier car je vois mal les industriels l'accepter cette année, c'est encore en expérimentation avec Arvalis. Des solutions devraient être trouvées rapidement, au pire, on utilisera de l'huile de menthe. »

 

Citation Alain Dequeker CIPC

 

« Dans l'état actuel des choses, on ne peut pas réduire l’utilisation de produits phytosanitaires. Les alternatives sont des produits phytosanitaires, qui peuvent être du biocontrôle d'ailleurs (comme l'huile de menthe). Donc à court terme il est compliqué d'utiliser moins de produits de protections des plantes. A long terme c'est possible sous réserve d'avoir les variétés résistantes aux virus et aux maladies, la recherche pour trouver des méthodes alternatives et les conditions sociétales le permettant. »

« On supprime le CIPC, on supprime un produit dangereux mais on a une alternative qui reste un produit de synthèse. Aujourd'hui stocker des pommes de terre sans inhibiteur de germination ça ne se fait pas. Si on veut supprimer les inhibiteurs de germination il faut concentrer toute la transformation sur 3 mois ce qui est juste impossible. Il faudrait 3 fois plus d'usines et de frigos pour produire et stocker la même quantité. »

 

Pour aller plus loin :

https://www.terre-net.fr/observatoire-technique-culturale/strategie-technique-culturale/article/stockage-des-pommes-de-terre-comment-preparer-l-apres-cipc-217-152548.html

https://terres-et-territoires.com/terre-a-terre/culture/grand-menagede-printemps-a-prevoir

 

 

Articles recommandés

Partagez un commentaire

Ne manquez pas les prochains articles du blog ISAGRI

Inscrivez-vous