ISAGRI_0720_blog_Vignette Article Stress Thermique

Restez informé sur votre métier

Inscrivez-vous

Articles récents

Eleveur

Comment anticiper et réduire le stress thermique chez les vaches ?

photo de vache laitière
Grégoire Pairault
Ecrit par Grégoire Pairault
le 30 juil. 2020
4 minutes de lecture

Comme vous le savez, l'été est généralement synonyme d’une température élevée, qui provoque du stress thermique. Il est défini par une accumulation de chaleur qui empêche le maintien d’une température corporelle adaptée. Nous allons voir dans cet article les troubles provoqués par ce stress thermique et les solutions qui existent.

SOMMAIRE :

Quelles sont les causes du stress thermique chez les vaches et comment les anticiper ?

Quelles sont les signes du stress thermique chez les bovins ?

Les conséquences du stress thermique chez les vaches laitières 

Les solutions pour lutter contre le stress thermique 

 

 

Quelles sont les causes du stress thermique chez les vaches et comment l’anticiper ?

 

Pour anticiper le stress thermique il est nécessaire d'en comprendre les causes. Ce stress est causé par une haute température combinée à un fort taux d’humidité. Pour l'évaluer, on utilise un indice de température-humidité (ITH) aussi appelé humidex. Ces valeurs vont être différentes en fonction des espèces animales. C’est pourquoi il faut être attentif, car les vaches sont plus sensibles que nous. Pour une valeur de ITH supérieure à 70 les vaches vont commencer à souffrir d’un stress thermique modéré.

 

comparaison du stress thermique entre une vache et un homme

Retrouver les valeurs sur une échelle de stress thermique

 

Il ne faut pas oublier les facteurs aggravants qui sont : l’activité du troupeau, le manque d’eau et l’ensoleillement. Une partie de l’anticipation du stress thermique peut se faire simplement grâce aux données de la météo. Elle permet de prévoir les journées générant potentiellement du stress thermique,  ainsi que leur nombre annuel. Il est important alors de préparer des solutions. Elles doivent être cohérentes avec la météo locale et varier selon l’importance des conséquences du stress sur les performances de l’exploitation.

 

Les signes de stress thermique chez les bovins

 

L’observation des animaux nous apprend toujours beaucoup sur leur état. Le stress thermique en fait partie, voici les signes typiques :

  • Une respiration difficile
  • Une diminution de l'appétit
  • Une fatigue accrue
  • Des animaux qui restent debout plus longtemps
  • Un mouvement des vaches plus fréquent vers les points d’eau
  • Une rumination au ralenti

 

Les conséquences du stress thermique chez les vaches laitières

Les conséquences du stress thermiques sont les suivantes :

  • Une baisse de l’ingestion et une augmentation de la consommation en eau. En effet l’ingestion peut chuter de 20% passant une consommation de 20.5kg de matière sèche à environ 17.1kg. La consommation peut augmenter jusqu’à 50% ce qui fait passer une consommation moyenne entre 40 et 120 L à une consommation entre 60 à 180 L d’eau par jour.
  • Une augmentation du risque des problèmes de santé avec des problèmes de boiterie (moins de temps passé au sol), de mammite, d'acidose et une baisse de l’état corporel.
  • Une gestation modifiée avec une durée de gestation plus courte (qui peut aller jusqu'à 4 jours en moins). Une baisse du taux de gestation qui va surtout se manifester pour une valeur supérieure à 73 ITH (par exemple 25 degrés et 60% d’humidité). Des veaux qui seront plus légers et plus fragiles lors du sevrage.

    infographie sur la conséquence du stress thermique sur la qualité et la production du lait

Les solutions pour lutter contre le stress thermique

 

Les solutions faciles à mettre en place :

  • Bien remplir les abreuvoirs et humidifier les rations avant de les donner.
  • Placer les abreuvoirs à l’ombre.
  • En cas de pâturage, aménager des coins d’ombre pour protéger les animaux.
  • Utiliser un tuyau d’arrosage pour rafraîchir vos bêtes.
  • Éviter au maximum les déplacements de vos bêtes ou les effectuer aux heures les moins chaudes de la journée.
  • Décaler les heures de traite et les heures du repas.

Les solutions plus difficiles à mettre en place :

  • Modifier les rations en prenant en compte la baisse de l’ingestion (ration plus concentrée, utilisation de levure pour favoriser le métabolisme microbien du rumen).
  • Favoriser des animaux avec des pelages clairs.
  • Équiper les bâtiments avec des ventilateurs ou des brumisateurs.
  • Des solution innovantes variées existent, comme des matelas à eau .

Comme le stress thermique est un phénomène connu depuis des années, n’hésitez pas à demander aux autres éleveurs proches de chez vous quelles sont leurs solutions pour lutter contre le stress thermique.

 

Articles recommandés

Partagez un commentaire

Ne manquez pas les prochains articles du blog ISAGRI

Inscrivez-vous