Restez informé sur votre métier

Inscrivez-vous

Articles récents

Cerealier Eleveur

Maïs ensilage : les 5 étapes pour une ration de qualité 🌽

Maïs ensilage : les 5 étapes pour une ration de qualité  🌽
Stéphane SAGORIN
Ecrit par Stéphane SAGORIN
le 29 oct. 2020
8 minutes de lecture

4000 à 5000 litres de lait produits en moins par hectare de maïs... c’est malheureusement possible avec un maïs ensilé et conservé dans de mauvaises conditions !
Alors, ça mérite de s’y pencher non ?

Article écrit par Stéphane SAGORIN, consultant BTPL (Bureau Technique de la Promotion Laitière).

 

1. Le bon stade de récolte pour une valorisation maximale

 

Le stade optimum de récolte de situe bien entre 30 et 35% de MS. Le stade pâteux restant le stade optimum (lentille vitreuse sur la partie supérieure du grain). Aidez-vous des grilles de détermination de la MS au champ à partir de vos observations sur les grains, elles sont disponibles sur de nombreux sites (Arvalis, Chambres d’agriculture…) et sont très pratiques pour repérer le bon stade.

Tout se passe donc au champ : en conditions normales, après le 1er septembre, le stade évolue assez rapidement puisque le maïs prend 2 à 3 points de MS par semaine, il faut donc s’y rendre fréquemment et être vigilant !
En conditions séchantes, la difficulté supplémentaire provient des fortes disparités observées d’une placette de maïs à une autre, disparités souvent induites par les différences de qualité de sol.

Comme le précise Delphine, un grain pâteux avec une goutte de lait à la base, c’est parfait !

Comme le précise Delphine, un grain pâteux avec une
goutte de lait à la base, c’est parfait !

 

Le point de vue de vos vaches...

Maïs ensilage : les 5 étapes pour une ration de qualité

 

 

2. Finesse de hachage : ni trop fin, ni trop grossier.

 

La finesse de hachage est déterminante dans la conservation de l’ensilage.
La finesse recherchée est fonction du mode de distribution, du taux de MS du maïs et du type de ration (présence de fibres ou pas).

 

Les bornes et les recommandations BTPL (rations à base de maïs, pauvres en celluloses) :

Les bornes et les recommandations BTPL (rations à base de maïs, pauvres en celluloses)

 

Contrôle au silo du bon éclatage des grains. Grain bien éclaté = amidon mieux digéré !

Contrôle au silo du bon éclatage des grains.
Grain bien éclaté = amidon mieux digéré !

 

 

3. Le tassement à la conception du silo = le meilleur conservateur !

 

Objectif n°1 : enfermer le moins d’air possible dans le silo.

Plus le maïs fourrage est récolté vert et au bon stade (<35% MS), moins le silo tassé conserve de porosité, plus vite l'oxygène retenu dans le silo sera consommé par la respiration du végétal et l'activité microbienne : les bonnes fermentations vont alors pouvoir se dérouler sans délai. 👍

 

Le maïs mal conservé coûte cher !

  • Baisse des valeurs alimentaires du fourrage due à l'échauffement.
  • Risque de toxicité dû au développement de moisissures.
  • Risque de butyriques.

 

Mais à plus de 35 % de MS, l’air enfermé dans le silo représente 3 à 5 litres par kilo de matière sèche. Il faut beaucoup plus de temps pour épuiser l’oxygène (3 à 5 jours). Pendant ce délai, les bonnes fermentations lactiques ne démarrent pas, par contre les levures et moisissures se multiplient. Si le silo est bien hermétique, grâce à une bâche plastique bien posée et bien protégée, leurs activités ralentissent, et le silo cesse de s’échauffer.

Attention aux buty ! Les roues des bennes et tracteurs entrants dans le silo ne doivent pas apporter de terre ! Sinon, il faut vider devant le silo !

Attention aux buty ! Les roues des bennes et tracteurs
entrants dans le silo ne doivent pas apporter de terre !
Sinon, il faut vider devant le silo !

 


Mais, plus tard
, en présence d’air (trou dans la bâche, front d’attaque), les dégradations reprendront de plus belle (le silo chauffe !).

 

isagri-2021-mais-ensilage-btpl-1020-41 – Présence d’air :
Échauffement, moisissures.

2 – Odeurs d’ammoniac :
PH trop haut, bactéries coliformes.

3 – Odeurs de putréfaction :
Bactéries butyriques

4 – Taches noires :
Présence d’eau.

5 – Écoulement de jus :
Moisissures, présence d’air.



2 règles d’or pour réussir le tassement :

  • Pas de silo « dinosaure ».
    La hauteur du fourrage ne doit pas ou peu dépasser les murs du silo. Comment bien tasser un silo avec une bosse pouvant parfois être 2 fois plus haute que le mur ?
  • Sur le chantier d’ensilage, c’est le tasseur le chef !
    Régler le rythme d’arrivée des remorques sur celui du tracteur-tasseur pour lui laisser le temps de travailler et lui permettre de remplir le silo par couches horizontales de faibles épaisseurs. Aujourd’hui avec l’utilisation de matériels de plus en plus puissants ou volumineux, les maïs sont de moins en moins bien tassés, avec pour conséquence l’instabilité de certains silos de maïs (ce qui était assez rare il y a encore peu d’années !).


Avec 2 tracteurs- tasseurs en action, chez Delphine, on a mis les moyens pour contrôler le rythme d’arrivée des remorques !

Avec 2 tracteurs-tasseurs en action, chez Delphine,
on a mis les moyens pour contrôler le rythme d’arrivée des remorques !

 

4. Une fermeture de silo soignée pour garantir un bon emballage hermétique !

 

Vous avez respecté scrupuleusement les 3 premiers points ? Parfait, mais ne gâchez pas tout par une fermeture défectueuse. Cette étape est nécessaire pour chasser l’air et protéger l’ensilage de la lumière, de l’eau et des nuisibles.

Le bâchage est souvent une opération fastidieuse, pourtant le silo doit être recouvert le plus tôt possible après la fin de chantier. Une fois la bâche de bordure placée, il est préconisé de poser un sous-film (porosité de 40 microns) pour couper le lien entre l’intérieur et l’extérieur du silo. Au-dessus, vous poserez une bâche neuve de qualité protégée par une vieille bâche ou un filet acheté dans le commerce.

isagri-2021-mais-ensilage-btpl-1020-6La bâche doit être chargée soigneusement et uniformément. Les boudins sont préférables aux pneus pour des raisons écologique mais également de santé animale. En effet, de nombreux pneus usagés déversent chaque année dans les ensilages des quantités importantes de filaments de fer préjudiciables pour la panse des animaux.
Les pneus doivent-être rangés tous les 2 ou 3m.
Une pratique à proscrire : jamais de terre et de fumier sur le silo (risques butyriques évident).


Le front d’attaque doit être bien chargé pour éviter l’entrée d’air au fur et à mesure de l’avancement du silo (cas de bâches flottantes au front d’attaque).

 

 

5. Préparer le rationnement en effectuant une analyse en vert !

 

L’analyse en vert est très utile car elle permet d’anticiper les stocks de fourrages et de concentrés complémentaires à acquérir.

isagri-2021-isalim-btpl-troupo-1020
⚠️ La qualité de l’analyse est largement dépendante de la qualité des prélèvements et des échantillons.

 

Pour cela, 4 règles à respecter :

  • Réalisez 15 prélèvements de maïs vert haché, à différents moments de la confection du silo.
  • Les réunir dans un récipient propre et les homogénéiser soigneusement, sans trier les grains. 500 à 700 grammes d’ensilage seront en général nécessaires ET suffisants.
  • Compressez le sac au maximum pour éjecter l’air afin d’éviter le début des fermentations.
  • Mettez rapidement votre échantillon pendant une nuit au moins au congélateur. Cela suffira à le stabiliser pour un transport en bonnes conditions.
En respectant ces principes de base, nous avons pu voir qu’il est plus aisé d’obtenir la production laitière attendue.
En lui offrant du bon fourrage bien stabilisé, la vache saura être reconnaissante !

 

📢 Pour voir ou revoir la vidéo de Delphine, cliquez-ici !

isagri-2021-vignette-vidéo-ensilage-troupo-1020

 

 

Articles recommandés

Partagez un commentaire

Ne manquez pas les prochains articles du blog ISAGRI

Inscrivez-vous